L’instituteur

Une carrière dans la Drôme

1935-1937 : Affectation du couple à l'école d'Espeluche, petite école de deux classes. Paul-Jacques en assure la direction.
1937-1949 : Chabeuil, école de plusieurs classes que Paul Bonzon quitte en 1949.
1949-1957 : Saint-Laurent-en-Royans. C’est durant cette période qu’il épouse Aimée Philippon, elle aussi institutrice dans la Drôme.
1957-1961 : Valence. Habiter une grande ville facilite les déplacements plus fréquents vers Paris de l'écrivain connu qu'est devenu Paul-Jacques Bonzon.

Bonzon, un pédagogue « hussard de la République »

Paul-Jacques Bonzon est un instituteur organisé, méthodique et exigeant. Les témoignages de ses anciens élèves vont tous dans le même sens : c'est un maître juste, calme et très attentif à la parole des enfants. C’est un adepte des pédagogies nouvelles utilisant très tôt les méthodes Freinet et l'esprit coopératif à l'école. Il constitue des coopératives scolaires dans ses classes, alimentées par le ramassage et la vente du tilleul, ou encore par l'élevage de vers à soie dont les cocons sont revendus à Lyon, particulièrement dans le quartier de la Croix Rousse.


Journal imprimé à l'école de Chabeuil en décembre 1946. Il est réalisé selon les principes de l'imprimerie chers à Freinet. Le dessin de la couverture représente la porte de Chabeuil. Il est obtenu par évidement d'une plaque de linoléum, laquelle est encrée puis mise sous presse. Les pages de ce journal contiennent des textes réalisés par les élèves.
(Coll. Henri Charre)

Paul-Jacques Bonzon publie également des ouvrages de lectures suivies, du cours préparatoire au CM2, édités aux éditions Delagrave.

GDG

 

Paul-Jacques Bonzon, carrière

page formation